Quel avenir pour les petites lignes ferroviaires ?

Le 23 octobre à l’Assemblée nationale, dans le cadre de l’examen du Projet de loi de finances pour 2019, la Commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire recevait Elisabeth Borne, ministre des Transports.

Je l’ai interrogée sur l’avenir des petites lignes ferroviaires dans la perspective de leur ouverture à la concurrence décidée dans le cadre du Pacte ferroviaire. En effet, ces lignes sont souvent dans un état alarmant qui impose des ralentissements ou des interruptions de trafic de longue durée qui ne sont pas compatibles avec l’exploitation commerciale de ces lignes. C’est le cas de la ligne Aurillac-Brive qui, faute d’investissements très lourds, est menacée de fermeture à l’horizon 2021.

J’ai demandé à la ministre des Transports quelles ressources l’Etat entend mobiliser dès 2019 et les années suivantes pour la remise en état de ce réseau secondaire.

Partagez !
Facebook
Twitter
LinkedIn

Centre de préférences de confidentialité

Analytics

o Les cookies NID sont déposés et lus par l’ordinateur dès lors que vous accédez à un service de Google en mode non authentifié. Il contient certaines informations. Un identifiant unique pour chaque navigateur, et il permet notamment de collecter des données identiques à celles collectées par PREF.
o PREF, Ces cookies sont déposés et lus sur votre ordinateur dès lors que vous accédez à un service de Google en mode non authentifié et authentifié.
Il contient certaines informations (un ou deux identifiants uniques, une date de création et de modification, une signature infalsifiable, les préférences de l’utilisateur notamment la langue d’utilisation, le nombre de résultats à afficher par page…) et sert à collecter diverses données telles que vos interactions avec les services de Google (recherches effectuées, pages consultées, liens cliqués…)

Cookie Google NID

Advertising

Analytics

Other