Projet de loi alimentation : le risque d’une désillusion

J’ai participé le 14 mai 2018 à une visite d’exploitation à l’invitation de la profession agricole cantalienne pour faire le point sur l’examen du projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable » (Egalim) qui doit venir en discussion en séance publique à l’Assemblée nationale à compter du 22 mai.

Cette visite s’est déroulée sur l’exploitation du GAEC de Girgols, en présence de Yoann Clamagirand et Christophe Duffayet, de Joël Piganiol, président de la FDSEA du Cantal, Francis Flagel, président de Jeunes agriculteurs et Patrick Escure, président de la Chambre d’agriculture (voir l’article de L’Union).

Cet échange avec les responsables agricoles m’a permis d’expliquer le travail que j’ai effectué pour tenter d’améliorer ce projet de loi, au travers des nombreux amendements que j’ai présentés lors de son examen en Commission du développement durable puis en Commission des affaires économiques.

Nous avons fait le constat que le texte présenté par le gouvernement était loin des promesses faites à l’issue des Etats généraux de l’alimentation pour rééquilibrer les relations commerciales et améliorer le revenu des agriculteurs. J’ai fait part de ma détermination à m’impliquer dans les débats en séance publique de l’Assemblée nationale pour défendre à nouveau les amendements que j’ai portés et qui sont de nature à répondre aux attentes des agriculteurs.

Partagez !
Facebook
Twitter
LinkedIn