Cantal et Corrèze repassent aux 90 km/h sur les routes départementales

Publié le 3 février 2020

Après avoir obtenu un avis favorable des commissions départementales de sécurité routière, les Conseils départementaux du Cantal et de la Corrèze ont officialisé le 31 janvier le retour aux 90 km/h sur l’ensemble de leurs réseaux routiers départementaux avec effet au 1er février 2020.

Vincent Descoeur, député du Cantal, a salué la décision de Bruno Faure et Pascal Coste, présidents des conseils départementaux du Cantal et de la Corrèze, d’utiliser -qui plus est de manière coordonnée- la possibilité qui leur est offerte par la loi mobilités de déroger à la règle des 80 km/h sur le réseau routier secondaire. “Ils ont pris leurs responsabilités et ont eu le courage politique d’appliquer la loi dans un contexte où le gouvernement ne leur facilite pas la tâche et cherche à dissuader les élus de modifier la vitesse maximale autorisée”, souligne-t-il, en faisant allusion à la circulaire adressée par le ministre de l’Intérieur aux préfets.

Cette circulaire a eu pour effet d’amener les représentants de l’Etat à se prononcer défavorablement sur le retour aux 90 km/h sur les 3 970 kilomètres du réseau routier départemental du Cantal, ce qui n’a pas empêché la Commission départementale de sécurité routière d’émettre un avis favorable. “C’est une victoire du bon sens”, se félicite le député du Cantal, en rappelant à quel point cette limitation de vitesse était mal vécue par les automobilistes et le retour aux 90 km/h attendu.

“Il reste une anomalie, puisque 120 kilomètres de route nationale resteront à 80 km/h dans le Cantal, l’Etat interdisant aux préfets de déroger à cette vitesse maximale sur ces axes”, remarque-t-il, en annonçant qu’il déposera une nouvelle proposition de loi pour faire en sorte que les préfets puissent également mettre en œuvre ces dérogations sur les routes nationales.